SoulOfAnbessa

03
Dec
0
< Retour

Jamaica no problem ?

S’il est un souvenir apparemment incontournable aux yeux de tout touriste rentrant de deux semaines d’hédonisme mélanomogène sur les plages privées et sécurisées de Montego Bay ou de Negril, c’est bien le t-shirt « Jamaica no problem ». Il marche si fort qu’il doit sûrement figurer à lui tout seul dans le maigre PNB de l’île aux sources.

Le constat est pourtant à peu près aussi pertinent qu’un équivalent helvétique « Switzerland no mountain »... Jamaïque, pas de problème... Une économie dévastée depuis le crash du bauxite dans les années septante, un système social et éducatif saigné à blanc par 30 ans d’exigences insensées du FMI, une violence endémique matérialisée par un taux d’homicides – 1600 meurtres en 2006, pour 2,7 millions d’habitants - qui n’a d’équivalent qu’au Nicaragua ou en Colombie, des quartiers entiers de la capitale Kingston semblant se relever en permanence d’une combinaison entre ouragan et guerre civile, un tissu social totalement déchiré, marqué par plus de trois siècles d’esclavage et de familles systématiquement séparées, un pourcentage absolument effarant de jeunes qui, non seulement sont au chômage, mais n’auront jamais un travail fixe dans toute leur existence... Il serait sans doute plus rapide de comptabiliser les problèmes dont l’île ne souffre pas... Pourtant, à la plus grande satisfaction du Jamaica Tourist Board, organisme faîtier de cette importante industrie, les touristes repartent toujours ravis, avec leur t-shirt « Jamaica no problem ».

Il y a une dizaine d’année, sur le chantier d’un hôtel de luxe qui s’apprêtait à priver de leur accès à la mer les habitants du village d’Oracabessa, j’avais croisé un ouvrier qui portait l’un de ces t-shirt, mais retouché à la jamaïquaine. La vraie, pas celle qui n’a pas de problèmes. Le « no » était barré d’un gros « nuff » rouge. « Nuff », « enough » en anglais, auquel les Yardies donnent avec ironie le sens de « beaucoup ». « Jamaica nuff problem ». J’ai beaucoup cherché depuis un exemplaire. Sans succès. 

Comments

Leave a comment